Intervenant·e·s

 

La journaliste culturelle Michelle Akanji est née en 1989 à Winterthour. Aujourd’hui, elle est membre de la coordination générale de la Gessnerallee Zürich. De 2015 à 2020, elle était responsable de la communication à la Kunsthalle Zürich, où elle a mis sur pied le festival de performance «Löwenbräu Lebt!». Elle a étudié le journalisme à la Haute école des sciences appliquées de Zurich et le journalisme culturel à la Haute école des arts de Zurich. Ses publications et podcasts comme autrice indépendante traitent notamment de la société postmigratoire et ont été récompensés par de nombreux prix de la radio et du podcast, à l’instar de Vaterland.

 

Islam Alijaj est un ambassadeur de la politique de l’inclusion, un entrepreneur social et un lobbyiste des droits des personnes en situation de handicap. Avec l’aide de camarades aussi engagés que lui, il crée des innovations au profit d’une société inclusive, où chacun-e peut développer son propre potentiel. Sa deuxième grande passion consiste à passer du temps avec sa femme et ses deux enfants.https://islamalijaj.ch; https://tatkraft.org

 

Née en 1997, Diana Anselmo est une artiste qui étudie actuellement le théâtre et les arts du spectacle à l’Université IUAV de Venise. C’est durant ses études de bachelor en sociologie qu’elle se familiarise – en y travaillant – avec le monde des festivals. Un monde qu’elle ne quittera plus. Diana Anselmo est une militante de l’anti-discrimination et du féminisme trans-queer intersectionnel. Elle est vice-présidente et cofondatrice de Al.Di.Qua.Artists (ALternative DIsability QUAlities Artists) et, entre autres, la plus jeune des membres du British Council’s Cultural Advisory Board.

 

Saša Asentic est chorégraphe, créateur de performances et travailleur culturel. En 1999, il fonde le groupe Per.Art d’artistes en situation de handicap ou pas à Novi Sad (Serbie). Saša Asenti? travaille au niveau international dans le domaine de la danse contemporaine, de la performance et des arts du handicap. Sa pratique artistique est fondée sur le principe de la solidarité et sur la résistance à l’oppression et à l’endoctrinement culturels.

 

Marilu Cali né en Sicile, elle a terminé sa formation entre l’Italie et Genève. Après un Bachelor en Communication, elle choisit en Master en Sciences Cognitives. Pendant ses études elle s’interesse aux troubles du langage et cognitifs. Ce qui l’amène à travailler pendant deux ans à l’Université de Genève. Sa passion pour les arts la conduit à travailler au Grütli d’abord comme assistante communication, ensuite comme chargée des publiques. Actuellement elle s’occupe de l’inclusion au sein du théâtre.

 

Tanja Erhart, Autrichienne vivant à Londres, Tanja Erhart se définit comme une «crip» – handicapée et malade chronique –, une danseuse, une anthropologue culturelle et une militante du plaisir. Elle s’est produite dans le monde entier dans des pièces de Claire Cunningham, Michael Turinsky, Candoco Dance Company, etc. Elle s’investit pour une formation à la danse accessible, elle enseigne et se produit lors de divers évènements. Tanja étudie actuellement les pratiques de mouvement de ses trois «bodyminds»: en fauteuil roulant, sur une jambe ou sur trois jambes avec ses béquilles. Avec Katharina Senk, elle travaille sur la pièce de danse interactive et intersectionnelle j e n g a, qui explore les profondeurs et les plaisirs de la construction et de la déchéance communes.. www.tanjaerh.art

 

Rebekka Fässler a étudié les lettres allemandes, le théâtre, l’économie à l’Université de Berne, et a poursuivi sa formation dans le domaine de la culture et de la communication. Au cours de sa carrière, elle a occupé diverses fonctions dans des institutions privées et publiques de promotion de la culture. Elle a travaillé, par exemple, pour le canton de Schwyz, les comités de la Conférence des représentants cantonaux de la culture, le Réseau Danse Suisse RESO, la Fondation Corymbo et le Forum Culture et Economie. À partir d’août 2021, elle codirigera le Service de la culture de la ville de Zurich.

 

Entrepreneur social, Nicola Forster a également co-fondé le think tank foraus (Forum Aussenpolitik: forum politique étrangère), le Staatslabor et Opération Libero. Aujourd’hui, il préside la Société suisse d’utilité publique (SSUP) et le conseil de fondation de Science et Cité, et est également co-président des Vert’libéraux dans le canton de Zurich et membre de la Commission suisse pour l’UNESCO. Juriste de formation, il est animateur et expert dans les projets d’appel à l’engagement de la population. L’homme aux cheveux bouclés et au nœud papillon est passionné d’observation ornithologique, de concerts et de pièces de théâtre.

 

Isabel Garcia est politologue et consultante en relations publiques. Membre des Vert’libéraux, elle fait partie du Conseil municipal de la ville Zurich depuis mai 2010 et du Conseil d’État du canton de Zurich depuis février 2021. Son action politique se concentre sur les thèmes de l’éducation, de la numérisation, de la politique de l’enfance, de la jeunesse et des étrangers, de l’intégration et de la participation. Isabel Garcia est mariée, mère d’un fils adulte, et vit dans le 3e arrondissement de Zurich. Elle est par ailleurs fan de football et lit des livres en tous genres.

 

Alice Giuliani est une artiste danseuse et performeuse. Ces dernières années, elle a collaboré avec différent-es chorégraphes comme Marco D’Agostin, Irene Russolillo, et d’autres encore. Elle est titulaire d’une double licence en DAMS (disciplines des arts, de la musique et du spectacle) de l’université Roma Tre à Rome et du département Danse de Paris 8. En 2019, elle a participé au programme de formation en arts du spectacle PACAP 3 - Forum Dança à Lisbonne. Elle suit depuis 2020 le master ISAC de l’Académie Royale des Beaux-Arts (Arba-Esa) de Bruxelles.

 


La pratique créative d’Alexandrina Hemsley s’inscrit dans les espaces fluides de la danse, de la chorégraphie, de l’écriture, de la facilitation et du plaidoyer. Ses intérêts sont à la fois durables et en constante évolution – ou simplement en rapport avec les processus de la vie et du vivant. Elle se tourne vers le sensoriel, le corporel, les multiples positions subjectives du soi – et du soi en relation intime avec le soi et les autres soi – comme moyens de trouver un souffle et une voix au milieu de l’injustice et de l’iniquité. Alexandrina a récemment fondé sa propre organisation, Yewande 103, qui formalise plus de dix années de travail dans le domaine de la danse contemporaine en tant que chorégraphe, interprète, écrivaine, mentor et éducatrice.

 

Lua Leirner est née en 1982 dans l’Allgäu, en Allemagne, et a grandi dans des environnements multiculturels en France, au Brésil et en Allemagne. Depuis 2003, elle vit et travaille à Bâle en tant que graphiste, photographe et guide de musée. Lua Leirner est atteinte d’une déficience auditive profonde, mais parle le brésilien, l’allemand, l’anglais et communique en langue des signes en allemand ainsi qu’en suisse allemand. En tant qu’artiste, elle participe notamment à des performance de danse et de théâtre en Suisse et en Allemagne.

 

Christoph Meneghetti, responsable de projet Culture à la Fondation Christoph Merian, bénéficie de nombreuses années d’expérience dans le domaine de la gestion de l’encouragement culturel et du conseil aux manifestations culturelles. Après des études de littératures et de sciences théâtrales, il s’est spécialisé au CEPS, à Bâle, en NPO Management & Law ainsi qu’à la Haute école spécialisée FHNW, dans le cadre du cursus «Migrationssensibles Handeln». Il est générateur d’idées et, avec Wildwuchs, co-initiateur du projet «Zugang zu Kultur». Il travaille dans le domaine du soutien culturel, notamment sur des thématiques liées à l’accessibilité, à la diversité et à la participation culturelle.

 

La chorégraphe, conférencière et responsable culturelle suisse Lea Moro a étudié à l’Accademia Teatro Dimitri (BA en théâtre physique), au LABAN Centre de Londres (diplôme en études de danse) et à la Hochschulübergreifendes Zentrum Tanz à Berlin (BA Danse, Contexte, Chorégraphie). Depuis 2019, elle développe Sketch of Togetherness, un projet sériel à long terme. Ses œuvres artistiques et chorégraphiques ont été notamment présentées au festival Moving in November à Helsinki, au festival Uzès Danse en France, aux Sophiensaele à Berlin, au Dublin Dance Festival, à la Kaserne Basel, à la Tanzhaus Zürich, à la Dampfzentrale Bern, à l’Arsenic Lausanne, à ImPulsTanz Wien (FM4 Fan Award), au Festival Tanz im August Berlin et au Théâtre de Vanves. Son travail a été récompensé par de nombreux prix, notamment la bourse Werkstipendium Stadt Zürich Kultur (2017) et le prix d’encouragement du canton de Zurich (2018).

 

Sophia Neises est une artiste performeuse, pédagogue théâtrale (master de l’Universität der Künste) et activiste pour la défense des droits des personnes en situation de handicap. Elle vient de Berlin. Sa pratique artistique s’étend de la gestion de projets de danse ou de théâtre avec des personnes d’horizons divers, vivant différentes formes de discrimination, à des collaborations en tant qu’artiste performeuse dans des spectacles de danse. Depuis 2018, son travail de recherche se penche sur l’accès à la danse, dans divers contextes, pour un public non voyant. Elle remet notamment en question le concept d’audio-description comme simple garantie d’accessibilité et le place au cœur du sujet en tant que forme artistique. Artiste malvoyante autoproclamée, elle cherche par son travail à donner la plus grande valeur aux modes de perception de soi pouvant exister parmi les différents individus.

 

Alex Oberholzer a étudié les mathématiques, la littérature et l’histoire de l’art (master). Il est rédacteur cinéma pour Radio24 à Zurich et travaille à la communication de l’OFAS à Berne. Il préside également le festival international «look&roll - Le handicap en court-métrage» et fait partie de la commission de programmation d’Allianz Cinema à Zurich et à Bâle, ainsi que du comité directeur du théâtre Hora et du comité consultatif du Cybathlon (EPFZ). Une fois par mois, il est l'un des invités réguliers de la «Bernhard Matinée» de Moritz Leuenberger.

 

Perel est une artiste interdisciplinaire dont le travail est centré sur le handicap et la différence dans le contexte des soins, du consentement, de la sexualité et des traumatismes personnels et historiques. Son travail comprend des performances, des installations, des critiques et des projets de conservation. Perel pose la question suivante: «Comment nous déplaçons-nous dans l’espace et le temps par rapport aux histoires que nous avons collectées?» Son travail est présenté sur la scène internationale depuis plus d’une décennie dans de nombreuses galeries, théâtres et salles de spectacle.

 

Lulzim Plakolli (Luli) s’est découvert une passion pour le théâtre en 2016. Depuis, il a participé en tant qu’acteur à trois productions de Jörg Köppl avec des collègues résidents de la Fondation Mathilde Escher: Beat me Mich (2017), Mother Motor (2019) et The Mushroom in the Patent (2020). Il s’est par ailleurs produit lors de diverses éditions de Future Clinic for Critical Care de Jeremy Wade, Nina Muehlemann et Edwin Ramirez. Luli a récemment fondé l’association «Kein Rollenspiel» (pas de jeu de rôle), qui propose des ateliers auxquels participent essentiellement des personnes en situation de handicap et qui est ouverte à de nouveaux membres.

 

Edwin Ramirez est artiste et comédien de stand up originaire de Zurich. Depuis le début de sa carrière sur les planches en été 2015, il a foulé toutes les plus grandes scènes dédiées à la comédie en Suisse alémanique et les plateaux de la télévision alémanique. Entre l’été 2018 et la fin de l’année 2019, il a fait partie de la Future Clinic for Critical Care, un projet artistique et socio-culturel, pour lequel des manifestations ont été organisées à la Gessnerallee de Zurich sur le thème du travail d’assistance et de soin. En octobre 2020, il a joué dans la pièce STAR MAGNOLIA au théâtre Neumarkt. Depuis le début de l’année 2020, il dirige le projet CRIPTONITE aux côtés de Nina Mühlemann, une série de manifestations qui se veut «crip-queer». CRIPTONITE fait partie du réseau Freischwimmen 2020-2021.

 

Dalibor Šandor est performeur et membre du groupe Per.Art d’artistes en situation de handicap ou pas. Il s’intéresse aux jeux vidéo, aux genres fantastique et horreur, à l’auto-soutien et à la réflexion sur la réalité sociale des personnes en situation de handicap en Serbie. En 2021, il crée une conférence-performance «Something very special» en collaboration avec Saša Asenti?, Marcel Bugiel et Frosina Dimovska. En 2019, il réalise son idée de performance «We are not monsters» en collaboration avec Xavier Le Roy, Olivera Kova?evi? Crnjanski, Alexandre Achour, Scarlet Yu, Saša Asenti? et le groupe Per.Art. Il intervient activement dans des événements publics, à la télévision et à la radio, ainsi que dans les médias numériques, pour parler de son travail artistique et de Per.Art. https://www.facebook.com/per.art.arts.inclusion/

 

Alessandro Schiattarella est né à Naples. Il a dansé pour plusieurs chorégraphes de renom, dont Maurice Béjart ou Marco Goecke. En 2014, il crée son premier solo, Altrove, qui a été ensuite sélectionné pour la plateforme de danse internationale Aerowaves Twenty17. Depuis 2015, il développe ses propres projets et ateliers choréographiques avec des personnes atteintes d’un handicap. En 2020, Alessandro a obtenu un master en beaux-art de la haute école d’art et de design de la FHNW à Bâle. Complément d’information sur www.schiattarella.info

 

Katharina Senk est une danseuse professionnelle autrichienne qui vit à Vienne. On lui prête aussi volontiers le surnom de Senki. Elle a entre autres joué dans les œuvres de Doris Uhlich, Florentina Holzinger et Georg Blaschke. Son travail artistique s’efforce d’associer son intérêt pour le post-humanisme, le féminisme et la justice sociale en recourant à ses connaissance de la danse, du mouvement et des arts martiaux. Avec sa collègue Tanja Erhart, elle se consacre à l’exploration des pratiques intersectionnelles et empreintes de plaisir de la danse collaborative. . www.katharinasenk.com

 

A la suite de ses études aux Beaux-Arts de Genève où elle développe un travail de vidéo et d'installation, Nataly Sugnaux Hernandez est assistante d’enseignement à la HEAD pour le nouveau pôle performance. En parallèle elle collaboreavec divers.es artistes et Cies d’art scénique et fonde l’association Morris Mendi dont le but est d’accompagner et de soutenir les artistes dans la création de leurs projets. Elle est en charge de la direction administrative, de la production et de la diffusion de la Cie Yan Duyvendak pendant 13 ans.
Depuis 2018 elle co-dirige le Grütli - centre de production et de diffusion des Arts vivants à Genève.

 

Jo Verrent est convaincue que «différent» n’est pas synonyme de «divergent», mais de «délicieux», et que la diversité ajoute de la texture et transforme la politique en action. Jo est productrice senior pour Unlimited, dont l’objectif est de faire en sorte que les artistes en situation de handicap soient vus, évoqués et intégrés dans le secteur culturel, et ce à l’échelle mondiale. Depuis 2013, Unlimited a versé plus de 4,7 millions de livres sterling à plus de 400 artistes handicapés par le biais de commandes, de prix et de soutien. En collaboration avec Sarah Pickthall, Jo dirige SYNC, un programme qui examine l’interaction entre handicap et leadership. Membre de Clore, Jo siège par ailleurs au conseil d’administration du Global Disability Innovation Hub, de The Space ainsi que de l’Arts Council England Northern Area Council et a été nommée MBE en 2021.

 

Noa Winter est co-directrice du projet Making a Difference, qui soutient les artistes sourd-es et en situation de handicap du monde de la danse à Berlin. Les méthodes de travail propres des artistes sourd-es, malades chroniques ou en situations de handicap, les Aesthetics of Access ainsi que la problématique du capacitisme dans la commission d’exposition sont au cœur de son travail de commissaire d’exposition et dramaturge. Parmi ses récents projets figurent notamment les symposiums Explodierte Zeiten, ver_rückte Räume – Disability Arts & Crip Spacetime et Owning Spaces – Conversations and Actions from Bed.